REMEMBERING SR MARY BENEDICT

Remembering Sr Mary Benedict Bermingham, Augustinian Canoness of the Mercy of Jesus, Boarbank Hall

 

 

Sr Mary Benedict, otherwise known as Aunty Phyllis, who died on 19th March 2022, was born on 26th July 1927, a twin and one of 11 children, of a warm and hospitable farming family. As a young woman she briefly tried her vocation with the Carmelites, before visiting her younger sister, Una, who had already entered Boarbank as Sr Maria Goretti. Phyllis decided to stay. She entered the Community in 1951, and was finally professed in 1957. For the next 67 years she was, in the words of her Prioress, ‘a faithful religious Sister, dedicated to prayer and the care of others.’

 

 

Sr Benedict nursed in Boarbank Nursing Home (‘Marymount’) until the late 1970s,  and both colleagues and patients have recalled their happy memories of that time: ‘she covered some nights with me as a carer - in the days when only two of us were on! She was lovely to work with’. ‘She and so many of the Sisters at Boarbank shaped my early career as a nurse.’ One ex-patient jokingly referred to her as his ‘Sister Confessor.’

 

 

Sr Benedict then moved to the Guest House, where she continued to work until she was well into her 80s. Where the guests were concerned, nothing was too much trouble for her, and she was much loved, for her merry, even mischievous, humour and her warmth. As one regular guest put it, ‘She was very much, “the face of Boarbank”’. She was also remembered with awe by guests who had been children at the time, for her prowess - and relentless competitiveness! - at rounders. One former volunteer remembers ‘the wonderful working holidays I had as a teenager’, and said of St Benedict: ‘The last of an era of sisters. I remember her in her prime, running the dining room with ultra efficiency, making sure we helpers did things properly!’

 

 

In recent years, Sr Benedict had moved to the Nursing Home, where despite her failing memory and her frailty, she retained her affectionate nature and her sense of fun, sometimes surprising us by the speed and wit of her repartee! A favourite enjoyment was singing ‘Mollie Malone’, often with the addition of verses of her own invention.

 

 

Sr Benedict retained close ties with her increasingly large family, and continued to visit Ireland for annual holidays, which were occasions of extensive hospitality and celebration. As her own siblings died, the next generation continued its links with Boarbank, and we were delighted to welcome five of her relatives to her funeral, celebrated by Fr John Mackie, with Fr Dixie Taylor, on Thursday 24th March. The funeral was zoomed so that the wider family were able to join us virtually (and it is now available on the Boarbank website).

 

 

Although her memory loss deprived her of much that had brought pleasure to her life, she never lost her sense of God’s presence, or her desire to pray. She would have thought it very appropriate to die on the Feast of St Joseph, patron saint of the dying. She might have been more surprised to have known that she was to appear in a newspaper article: in her great modesty she never expected praise or recognition for the tasks she carried out with so much dedication. ‘Well done, good and faithful servant ... enter into the joy of your Master.’

                                                                                                                                                                             Sisters of Boarbank

 

En souvenir de Sr Mary Benedict Bermingham, chanoinesse augustinienne de la Miséricorde de Jésus, Boarbank Hall

 

Sr Mary Benedict, autrement connue sous le nom de Tatie Phyllis, décédée le 19 mars 2022, est née le 26 juillet 1927, jumelle et l'un des 11 enfants, d'une famille paysanne chaleureuse et hospitalière. En tant que jeune femme, elle a brièvement essayé sa vocation chez les Carmélites, avant de rendre visite à sa sœur cadette, Una, qui était déjà entrée à Boarbank sous le nom de Sr Maria Goretti. Phyllis a décidé de rester. Elle est entrée dans la Communauté en 1951 et a finalement fait profession en 1957. Pendant les 67 années suivantes, elle a été, selon les mots de sa prieure, "une religieuse fidèle, vouée à la prière et au soin des autres".

 

Sr Benedict a été soignée au Boarbank Nursing Home ("Marymount") jusqu'à la fin des années 1970, et ses collègues et ses patients se sont souvenus de leurs heureux souvenirs de cette époque : "elle a couvert certaines nuits avec moi en tant que soignante - à l'époque où seulement deux d'entre nous étaient présentes! C'était agréable de travailler avec elle ». "Elle et tant de sœurs de Boarbank ont façonné ma première carrière d'infirmière. Un ex-patient l'a qualifiée en plaisantant de sa ‘sœur confesseuse’.

 

Sr Benedict a ensuite déménagé à la Guest House, où elle a continué à travailler jusqu'à ce qu'elle ait bien plus de 80 
ans. Du côté des convives, rien n'était trop pour elle, et elle était très aimée, pour son humour joyeux, voire espiègle,
et sa chaleur. Comme l'a dit un invité régulier, "Elle était vraiment le visage de Boarbank ". Elle a également été rappelée
avec admiration par les invités qui étaient enfants à l'époque, pour ses prouesses - et sa compétitivité implacable ! -
chez les arrondisseurs. Une ancienne volontaire se souvient « des merveilleuses vacances-travail que j'ai eues quand
j'étais adolescente
» et a dit : « La dernière d'une ère de sœurs. Je me souviens d'elle à son apogée, dirigeant la salle
à manger avec une efficacité extrême, s'assurant que nous, les aides, faisions les choses correctement
! »
Ces dernières années, Sr Benedict avait déménagé à la Maison de Retraite, où malgré sa mémoire défaillante et sa 
fragilité, elle a conservé sa nature affectueuse et son sens de l'amusement, nous surprenant parfois par la rapidité et
l'esprit de sa répartie ! Un plaisir favori était de chanter ‘Mollie Malone’, souvent avec l'ajout de couplets de sa propre
invention.
Sr Benedict a conservé des liens étroits avec sa famille de plus en plus nombreuse et a continué à visiter l'Irlande pour 
les vacances annuelles, qui étaient des occasions d'hospitalité et de célébration. À la mort de ses propres frères et
sœurs, la génération suivante a poursuivi ses liens avec Boarbank, et nous avons été ravis d'accueillir cinq de ses
proches à ses funérailles, célébrées par le père John Mackie, avec le père Dixie Taylor, le jeudi 24 mars. Les funérailles
ont été zoomées afin que la famille élargie ait pu nous rejoindre virtuellement (et c'est maintenant disponible sur le
site Web de Boarbank).
Bien que sa perte de mémoire l'ait privée de beaucoup de choses qui lui avaient apporté du plaisir dans la vie, 
elle n'a jamais perdu le sens de la présence de Dieu ni son désir de prier. Elle aurait trouvé très approprié de mourir
le jour de la fête de saint Joseph, patron des mourants. Elle aurait peut-être été plus surprise de savoir qu'elle devait
apparaître dans un article de journal : dans sa grande modestie, elle ne s'attendait jamais à des éloges ou à une
reconnaissance pour les tâches qu'elle accomplissait avec tant de dévouement. "C'est bien, bon et fidèle serviteur...
entre dans la joie de ton Maître
."